archives 2015-2016


Théâtre / Danse
Trace's
Une femme tisse sur sa main des motifs entrelacés, déroulant une longue bobine de fil blanc.
Au loin, encadré par une paroi translucide, comme tapi dans sa caverne, un visage l'observe.
Deux figures franchissent l'obscurité et leur rencontre, leur dialogue, leur lien, mais surtout leur trace laissée, vont composer les mots d'une délivrance.

Ces traces aspirent à une ponctuation, un détachement, une libération.
 
Théâtre
La liste de mes envies
Mercière à Arras, Jocelyne, dit Jo, vit avec son mari, Jocelyn fabricant de glaces, buveur de bière, triste et parfois méchant. Alors la mercière retrouve ses amies, les jumelles de Coiff’Esthétique. Elles rêvent d’histoire d’amour et de petits plaisirs. Jocelyne s’occupe aussi de son père qui, toutes les 6 minutes, oublie toute sa vie.
Poussée par ses amies, elle joue au loto et gagne 18 547 301 euros. Elle décide de ne rien changer à sa vie, de n’en parler à personne, de cacher le chèque. Elle commence à faire des listes. Celle de ses besoins. Celle de ses envies. Celle de ses folies.
En février 2012, La Liste de mes envies a été acheté par 27 pays. Le livre dépasse les 400000 exemplaires à Noël. Adapatation au cinéma avec Mathilde Seigner et Marc Lavoine.
 
Théâtre
L'affaire Dussaert
Qui se souvient de l’affaire Dussaert ?
Dans ce spectacle passionnant, drôle et déroutant, Jacques Mougenot mène l’enquête et aborde avec humour le thème de l’art d’avant-garde et de ses abus. Il répond avec cocasserie et gravité, pertinence et impertinence, aux interrogations que suscite l’art contemporain.
Jubilatoire et culturellement incorrect…
« Jacques Mougenot jette là, comme sans y toucher, un regard exceptionnel d’intelligence et de cruelle lucidité sur l’escroquerie postmoderniste à la pensée.»
Bernard Thomas - Le Canard Enchainé
 
Théâtre
Feydeau n'aime pas les monologues
Un homme, seul, nous explique en long en large et en travers
qu’il n’aime pas... les monologues. Une dame prétend que si
elle était connue, elle serait célèbre. Un autre homme vient nous
expliquer que pour être vraiment père, il faut avoir des enfants.
Un juré deviendra... condamné à mort ! Ils sont quatre à se croiser
et à se recroiser sans raison apparente.

Face à cette situation, le bon sens tourne au nonsense, on parle
de vanité, de célébrité, de débilité ploutocrate, de la puissance
dangereuse des médias ou encore de l’horreur des erreurs
judiciaires.

Naissance de l’humour "XXème siècle" que n’auraient renié ni
Devos, ni Desproges.
 
Théâtre
La plus forte
Règlement de compte le soir de Noël.
Deux femmes fatales sont dans un duel à mort.
Premier round. Madame X va pourrir Madame Y qui
restera muette. Tout y passe, le professionnel, le personnel,
l’intime.
Deuxième round. Madame Y lui rend la monnaie de sa
pièce. Ce n’est pas à coups de crochets du gauche ou
d’uppercuts que ça se règle, non, mais bien à coups de
mots, âpres, violents, souffrants.

On souffre, on se le dit, se le chuchote, se le chante, se le
hurle, se le cogne, se l’envoie à travers les gencives.

Bienvenue dans l’antichambre de l’enfer…
 
Théâtre
A bout de silence
Le plateau nu, le clair/obscur, les sons et la musique mettent en
lumière cette femme emmurée dans son propre silence, celui
des autres, de sa famille, de son pays. Le silence de la honte.
En toile de fond, la guerre, les bombardements et l’amour
inconditionnel de ses parents.

Peu à peu, elle se livre… Une enfance solitaire mais heureuse,
les cours de tennis, l’école, les voyages, l’entrée à l’université…
Mais un jour tout bascule. Viennent alors, l’explosion, le choc,
la déflagration.

A travers ces blessures de guerre, d’idéologie, de famille,
d’éducation, se pose encore aujourd’hui la question de ce que
l’on nous a transmis.
De ce que nous laissons en héritage.
 
Théâtre - Musique
Firmin et Hector
Bienvenue dans le Cabaret funèbre, Chroniques d’Outre-tombe,
où Firmin et Hector vous guideront dans l’univers merveilleux du
métier de croque-morts.
Laissez-vous emporter par la magie de la thanatopraxie, de
l’embaumement et de la mise en bière…

Un seul objectif pour ces comédiens chanteurs et instrumentistes,
accompagnés d’une guitare et d’une multitude de petits
instruments : changer à coup sûr l’image de cette profession !
 
Théâtre - Partenariat Bateau-Feu
Du rêve que fut ma vie
Lettres, courriers, missives, petits mots, télégrammes,
dépêches, plis, billets…
Dans un univers de papier, une marionnettiste et une
musicienne évoquent la vie douloureuse de Camille
Claudel à partir de sa correspondance.

Elles nous invitent à lire les silences et les non-dits, pour
tenter de comprendre le moment où la raison vacille.

Une rencontre face à l’intimité d’une femme moderne qui
ne cache pas ses désirs, ses hantises, ses passions…
 
Théâtre
Visage de feu
Une famille bourgeoise actuelle : un père ingénieur, une mère
au foyer et deux enfants, Kurt et Olga. Une vie familiale paisible,
hormis quelques problèmes de couples et des enfants en pleine
"crise" de puberté. Jusqu’au jour où un élément extérieur vient
infiltrer ce noyau fermé.
Visage de feu relate, dans une écriture vive, acerbe, drôle et
violente, l’éclatement d’une cellule familiale, mais aussi, plus
largement, l’éclatement d’une société où la famille, le temps et
l’espace individuel sont en mutation.
 
Théâtre
Mr Kropps, l'utopie en marche
"Quand on travaille chez Kropps, on vit chez Kropps."

Voici la devise de ce chef d’entreprise idéaliste qui vous convie
à sa 18ème réunion portant sur la question épineuse de l’habitat
collectif. Il désire reconduire les expériences mises en place par
son aïeul Jean-Baptiste-André Godin au familistère de Guise.
Fervent défenseur du papillonnage, il tentera, avec tous, de tisser
ce projet révolutionnaire qui remettra en question nos façons de
vivre et de travailler...

Mais sommes-nous réellement prêts pour cette utopie ?
 
Théâtre
Music-hall
Seule sur son tabouret, devant un rideau rouge à paillettes
trace d’une splendeur passée, une Fille, ancienne star de
Music-hall se raconte.

Elle se lance dans sa chute gracieuse et élégante avec la
beauté qu’il faut pour combattre et supporter la violence et
la tristesse de la fin des choses.
La Fille fera mine, habile à faire des mines, trichera jusqu’aux
limites de tricherie.

Et Joséphine Baker pour l’accompagner dans ce voyage
vers l’effacement

 
Théâtre
Soirée d'ouverture
Maggy Bolle

Pas le style à faire du « politiquement correct », accompagnée de sa fidèle guitare et depuis peu d’un saltimbanque multi-instrumentiste, Max, Maggy Bolle, personnage haut en couleur, chante tout haut ce que tout le monde pense tout bas…et parfois un peu crûment !
Requiem pour un con, Bernadette, La non-demande en mariage, La conasse d’en face … des chansons burlesco-comiques, désopilantes, et gorgées d’humanité.


Les Patronnes

Groupe calaisien, Les Patronnes aiment aller chez le coiffeur, se mettre du gloss sur les lèvres, porter des habits fluo…
Ces six Barbie au look raffiné chantent à cappella des vieux standards du Rock’n’roll avec une arrogante modernité.

 
Théâtre
Screen
Robin, sans nouvelles de son fils Baptiste depuis trois jours, s’interroge sur les causes de l’altercation qui a provoqué le départ du jeune homme. Au lendemain du carnaval, entre gueule de bois et incompréhension, il s’accroche à nous, spectateurs, comme une bouée de sauvetage.

Il évoque sa relation face à un fils de plus en plus étranger, à un ado qui, entre addiction et détachement, se construit dans des relations virtuelles.

Peu à peu il se livre. Oui il a usurpé l'identité de son fils sur facebook mais c'était pour son bien...

Qu’aurions-nous fait à sa place ?
 
Théâtre
Les flottants
Il était une fois, dans une ville portuaire où les chewing-gums collent aux trottoirs, où les horodateurs tombent en panne et où les usines fabriquent des machines, un Marin et une Rousse qui s’aimaient. Un jour, ils décidèrent de planter un arbre qui grandirait autant que leur amour. Mais lorsque le Marin claque la porte et reprend la mer pour rejoindre une Sirène, l’arbre est à l’agonie…

Une interrogation sur ce qui nous attend, sur notre capacité à rester debout alors que tout part à la dérive.
 
Théâtre
Quelque part entre deux chaises...
Un salon. Confortable. Peut être trop. Comme un cocon.
Ou la fin d’un chemin.
Ils y sont attendus. Emmenés. Installés.
Sans vraiment savoir pourquoi.
Peut être sans le vouloir.
Chacun avec le poids de ses fantômes. A peine voilés. En filigrane
derrière chaque mots.
Et l’attente. De ce qui arrivera. Bientôt.
Peut être...
Quelque part entre deux chaises... interroge, entre bouffonnerie
et drame, l’idée de culpabilité, de punition et de pardon.
 
Théâtre
La promesse de l'aube
Ses séjours en Russie, en Pologne puis à Nice, la pauvreté,
le luxe, ses études d’aviateur et ses aventures de guerre…
Romain Gary évoque, non sans humour, son enfance et
surtout le grand amour de sa vie : Nina Borisovskaia sa
mère.

”Je ne dis pas qu’il faille empêcher les mères d’aimer leurs
petits. Je dis simplement qu’il vaut mieux que les mères
aient encore quelqu’un d’autre à aimer. Si ma mère avait
eu un amant, je n’aurais pas passé ma vie à mourir de soif
auprès de chaque fontaine.”
Extrait de La promesse de l’aube Romain Gary.
 
Théâtre
Tempus Tic Tac
C’est quoi un quart d’heure quand on s’emmerde au théâtre ?
C’est quoi un lustre pour une ampoule électrique ?
C’est quoi une minute de silence pour un sourd ?
C’est quoi trois minutes pour un oeuf ?

Vraie-fausse conférence grave et drolatique (tac) toujours en
une heure pile !
Anecdotes, récits, aphorismes, poésies, chansonnettes…
Convocation des plus grands : Proust, Baudelaire, Beckett,
Shakespeare, Saint-Augustin.
Clins d’oeil à de moins connus…
...Et comment Vercingétorix pouvait-il savoir qu’Alésia c’était
en 52 AVANT J.C ?

"A voir d’urgence ! Si vous avez raté cette fantasque rencontre
avec un vrai-faux conférencier, réglée avec une précision
toute horlogère par Stéphane Verrue, précipitez-vous !"
La Voix du Nord
 
Théâtre
Coup de projecteur à La Piscine
Pour finir la saison, nous souhaitons mettre à l’honneur des compagnies non professionnelles qui gravitent, pour certaines autour de La Piscine depuis de nombreuses
années. Vous avez apprécié ces comédiens amateurs dans d’autres lieux culturels ou au travers de nos créations (Polars - Proust - Offenbach).
Lors de ces deux soirées venez découvrir leur choix de texte, leur mise en scène, leur univers.

- Les petits secrets de Gaspard Thompson (1h25)
Mise en scène : Manuel Paque
Avec : Nicolas Roncq
Cie Atome théâtre (Boulogne)

- La deuxième chambre (50 min)
Mise en scène collective coordonnée par Pierre Muys
Avec Julien Antunez, Hervé Degunts, Bertrand Lobel
Cie des Poissons-Chats (Dunkerque)
 
Intimes Violences
L'idée n’est pas de montrer la violence, mais plutôt d’en suggérer les conséquences, de croiser les regards et les formes artistiques comme différentes traces d'un passé plus ou moins présent.

Exposition de Nicolas Genestin
Du 16 au 26 novembre
 
Soirée cinéma
Ciné concert : Antichambre (19 min)
Au delà d’un ciné-concert, c’est l’expérience de la création d’une bande sonore en direct qui vous sera proposée lors de la projection.
Charles se prépare pour le dernier acte de sa vie. Devant le miroir où il maquille les marques d'une mort proche, ses traits se confondent inévitablement avec ceux de Marcel. Céleste, sa gouvernante, assiste l'auteur dans le dernier souffle de son personnage.

En 2015, ce court-métrage a été sélectionné au Festival de Cannes au « Short Film Corner ».


Film : Vent de folie (1h40)
A l’heure où le désir de liberté devrait être plus fort que tout, des optimistes se lancent dans un périple qui les mène jusqu’à une station balnéaire. Tribulations estivales. Dans un monde à bout de souffle, ces irréductibles s’adonnent à l’insouciance. Le vent de folie salvatrice souffle sur les braises d’idéaux dérisoires.



 
Moyen-métrage
Quai du prélude
Pour la première fois à La Piscine, vous allez découvrir le travail d’une trentaine de personnes passionnées de cinéma qui ont plongé dans l’univers du film noir.

Pendant toute la saison, encadrés par Félix Létot, ils ont pu toucher à toutes les phases de la réalisation cinématographique : l’écriture du scénario, la distribution des rôles (acteur, machiniste, administratif, technicien lumière ou son...), le tournage pendant 7 jours consécutif et le montage.

Le détective Alan Bogaerd traine sa carcasse usée et désabusée dans la nuit d’une ville portuaire. Un patron de cabaret, trempant dans des activités louches, lui propose une affaire minable et anecdotique. Mais l’attention de Bogeard se focalise sur une série de meurtres dont la signature lui semble curieusement destinée. Il se lance alors dans une enquête bancale, pris dans une machination qu’il ne contrôle pas du tout …
 
Théâtre
Noce
Jour J. Les tables sont dressées, le champagne est au frais.
Un repas de noce grandiose et bourgeois va avoir lieu ce
soir. Des centaines d’invités, un cadre exceptionnel, un
évènement. Cinq personnes veulent assister à cette noce
et s’invitent frauduleusement au repas. Ils passent des
barrages, des gardes, des chiens, inventent des prétextes…
Enfin ils y sont.
Relégués au fin fond d’une enfilade de salles de réceptions
ils sont finalement installés bien loin des mariés et de leurs
familles. Mais qu’importe, il fallait être là.
La soirée se déroulera d’abord selon le rituel : on fait
connaissance, on attend les plats, on invente des bons
mots.
Puis tout prend un tour surréaliste ; l’amertume, l’envie, la
naïveté vont amener ces cinq personnes aux actes les plus
fous.

Texte Jean Luc Lagarce
Mise en scène Pierre Notte
Avec Grégory Braco, Bertrand Degrémont, Tiphaine Gentilleau,
Annick Le Goff et Héloïse Lo.
Cie de la Porte au Trèfle (Longueville)
 
Offenbach
Deux soirées pour découvrir (ou redécouvrir) les joyeux refrains de Jacques Offenbach.
Sa musique vive, nerveuse, électrique, savante alchimie entre tendresse et folie, symbolise la nouvelle société qui naît sous le Second Empire.
Comédiens professionnels et amateurs, musiciens, chanteurs, et choristes vous plongerons dans l'univers de l'opéra-bouffe, parfait symbole de la gaieté en musique.


 
Sens de la visite
Bernard Cartiaux et Jean-Marie Byache développent leurs « correspondances » entre photo et dessin. Non que la première représente le second ni que ce dernier illustre l’autre trait pour trait. Simplement, ils parlent sinon de la même chose du moins d’images parentes, analogiques… S’installent dans des ambiances complices. Comme si l’un(e) rêvait de l’autre faisant fi du premier degré.
Ils ne posent rien d’autre que des « regards parallèles », et s’ils sont bourrés d’humour c’est encore mieux. Parallèles, voilà une gymnastique autrement plus aérienne que ces prétendus « regards croisés », expression à la mode mais si bigleuse qu’elle est entrée au dictionnaire des mots valises.
« Entrez, entrez, proposent-ils : Suivez donc notre Sens de la visite ! Ou notre Visite du sens ? Parce que voyez-vous, nous ce qu’on en montre… La réalité jouit d’une réputation tellement surfaite. » J-M Byache
 
Exposition
Metalcolors
Agathe Verschaffel peint des architectures urbaines, friches
industrielles, grues portuaires, pièces mécaniques comme
celles des métiers à dentelles de Calais, sa ville natale,
et nous offre un autre
regard sur le patrimoine
de la région.
 
Performance plastique
Journées des Arts et de la Culture dans l'Enseignement Supérieur
Dans le cadre du dispositif Artiste Rencontre Territoire Universitaire (ARTU), les Universités du Nord-Pas-de-Calais accueillent un artiste pour une durée de 4 mois. Cette résidence a pour vocation de confronter les étudiants et la communauté universitaire à une démarche artistique contemporaine forte.

Cette saison, l’artiste Emmanuelle Ducrocq investira le service culturel de l’ULCO, l’Atelier Culture/La Piscine, et travaillera avec les étudiants autour du thème Du théâtre au paysage.

Après Atsonobu Kohira en 2015, elle amènera les étudiants à se familiariser avec la pratique artistique sous toutes ses formes : écriture, performance, exposition...
 
Exposition
Masked Creatures
Attiré par l’Art religieux,
la renaissance italienne
et le corps humain,
Sébastien Basil se tourne
vers le corps féminin, sa sensualité et son mysticisme.
Techniquement, la composition est renforcée par des
détails comme le drapé et la calligraphie ; la couleur,
quant à elle, vient sublimer et poser le point final à l’oeuvre
proposée. Les sujets obtenus sont alors révélés à travers
leurs émotions et leurs sentiments.
Mélange de classique et d’art contemporain, sa peinture
est avant tout une explosion de force et d’énergie.
 
En Miroir
Acropolis : Prendre le temps de révéler un reflet fugace. Le point de départ : un cliché pris à l’instant où ce reflet transforme un détail architectural. Un jeu de lignes et de couleurs.

Paysages : Un travail parallèle à celui des reflets. Un jeu sur la sobriété des paysages de Picardie. Captation du moment où le ciel théâtralise leur horizontalité et leur minimalisme.

Exposition d'Hélène Tepper Brieudes